octobre 1, 2022

Goma Culture: Pueri Cantores, Chantons pour la paix

Le  12 Aout de chaque année est consacrée comme journée mondiale de la jeunesse. Plus de 3000 Petits Chanteurs de Goma, Butembo, Beni Kindu ainsi que de Kinshasa se sont réunis en ville de Goma pour chanter (pour) la paix. Nous sommes en Rdcongo au cœur de l’Afrique. C’était à l’occasion de l’ouverture du congrès national des Petits Chanteurs qui a pour thème 2022 : ‘’  Une Nation, un événement, proclamer la paix  et sensibiliser sur la cohésion sociale et culturelle.’’

Tout a commencé par une messe d’ouverture dudit congrès à la paroisse Cathédrale Saint Joseph,  Goma Nord Kivu.  Plusieurs hôtes ont pris part à cette messe XXL. Il s’agit notamment du Président de la fédération internationale des Pueri Cantores (petits chanteurs, PC) en provenance de la France et son épouse, du Président national des P.C, de l’abbé aumônier national P.C, du chef de division provinciale de la jeunesse, nouvelle citoyenneté et cohésion nationale, pour ne citer que ceux là.

Dans son homélie, l’évêque de Goma, monseigneur Willy Ngumbi Ngengele, a invité les jeunes à  devenir des artisans de paix, porter la joie, la beauté, la vie. Citant le pape François, il poursuit que les jeunes sont l’espérance de l’église, du monde. ‘’ Soyez porteur de cette espérance et témoignez de cela par vos chants, par la joie de chanter et de vivre ensemble. ‘’ a préché Mgr Willy.

Par la suite, ces enfants et jeunes ont fait procession sur les artères de la ville de Goma. Habillés en aubes blanches, couleur de la paix, les Pueris Cantores ont fait une procession  jusqu’au au rond-point Tshukudu en passant par le rond-point Signers et  BDGL, à l’admiration des passants, pour y chanter quelques cantiques appelant à la paix, cette denrée rare dans la Région. ” Seigneur fais de nous des ouvrier de paix, Seigneur fais de nous des bâtisseurs d’amour. Là où demeure la haine, que nous apportions l’amour. Là où se trouve l’offense, Que nous mettions le pardon.” ont il chanté en chœur.

 Interrogé, Jean Henric, président International de la fédération de ce Mouvement  a indiqué que dans cette région des grands Lacs en proie à la violence, les jeunes sont artisans ainsi que des ambassadeurs de Paix. Et de poursuivre en s’adressant aux Petits Chanteurs ‘’ Cette union indispensable qui n’existe pas dans le pays doit exister dans nos cœurs respectifs et dans nos familles’’

De Gauche à droite: Prince Ermès Bigabwa Président FCPC, Jean Henry Président de la FIPC, Mgr Willy Ngumbi éveque de Goma et l’abbé Gérard Minani Aumonier national

Revenant sur la raison du choix de la ville de Goma pour le lancement de ce Congrès, le président nationale de ce mouvement, Prince Ermès Bigabwa devoile, l’air optimiste: “C’est vrai que l’Est de la RDCongo, particulièrement le chef-lieu du Nord Kivu connait des atrocités, nous voulions montrer à la face du monde que  Goma est une ville vivable, tout va bien et nous pouvons espérer à quelque chose de beau.’’

Pour clôture la journée, ces jeunes ce sont dirigés vers la grande salle  du collège Mwanga  pour y livrer un concert. L’on a assisté à la prestation des chœurs de Goma. Ce congrès devrait prendre la carrure régionale en réunissant aussi les PC du Rwanda et du Burundi mais pour des raisons sécuritaires, il est resté national. C’est ainsi qu’après Goma, la délégation est parti à Bukavu pour poursuivre et clôturer ledit congrès.

Présent à cette activité, Maitre Marcelin Mushoko, premier responsable du premier chœur des Petits chanteurs de la ville de Goma s’est dit fier de voir ce Mouvement prendre de l’ampleur ‘’ C’est depuis 1994 que nous avons débuté le mouvement à Goma. Aujourd’hui  on peut le retrouver à Butembo, Beni, Bunia, c’est un grand élan. Nous pensons que demain les enfants et jeunes grandiront avec l’esprit de la devise ‘’ Pueri Mundi Cantemus Pacem Dei ( Enfants du monde, chantons aujourd’hui la paix de Dieu )’’

Parlant de la relation entre le chant et la paix, Grégoire Ngone, directeur diocésain des Pueri de Bunia estime que le chant est une expression de ce qui a dans l’esprit. Il renchérit: “Pour nous africain, que nous soyons dans la joie, dans la tristesse, nous le manifestons à travers le chant. A à travers le chant, le message part plus loin. Ce Congrès est par ce fait une façon de sensibiliser les jeunes à chercher les solutions par l’amitié, l’unité et la non-violence. Ainsi, ils ne seront pas impliqués dans les hostilités, les brutalités fortes.’’

” Cantat bis orat”, Saint Augustin. C’est-à-dire quiconque chante prie doublement.

Albert ISSE Sivamwanza

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.