octobre 1, 2022

Musique: Levée de voile sur le projet “Valentine” de l’artiste Magic Pinokio

Parlons un peu d’amour à ce mois de février qui lui est dédié. ‘’ Valentine ’’ est le titre du projet Maxi-Single de 4 chansons plus un bonus de l’artiste musicien, auteur compositeur et intereprete du style RNB Magic Pinokio évoluant à Goma au Nord-Kivu. Cet opus totalement amoureux sera à la disposition du public sur les comptes de reseaux sociaux de l’artiste à partir du 11 Février prochain.

Parmi les 5 chansons composant Valantine, trois titres sont déjà sorties, il s’agit notamment de Mwambie (2017), Deep Love (2019) et Malaika ( en Décembre 2021) la quatrème chanson est nouvelle, elle a comme titre Waza . En guise de bonus, il s’agit de l’interprétation de la chanson Promis juré , une interpretation de l’artiste français Tayc. À cela s’ajoute sa discographie composee de singles ainsi que d’autres collaborations.

A titre d’exemple de la recente chanson Malaika , Pinoché Kassay (Vrai nom de l’artiste) met en exuergue la beauté de la femme africaine. A cet effet, il l’a méthaphorise en l’ange de la beauté. ‘’Je me suis inspiré de l’être de cet ange, qui nous donne tout amour, qui prend soin de nous et qui vit avec nous tout le temps. Je lui témoigne et réciproque encore une fois tout l’amour qu’elle transmet et la rend unique à travers mes quelques vers.’’

Parlant de son penchant vers les chansons d’amour, l’artiste retorque, sourire au coin de lèvres : ‘’ Tout ce que nous vivons c’est de l’amour’’. Et de rencherir: “Quand on parle de l’amour, on voit une grande image derrière, l’ heroine dans l’ombre c’est la femme’’

Magic Pinokio confie que la préparation de ce chef d’œuvre a commencé depuis le mois d’octobre 2021. Parlant des defis auxquels il fait face, il indique se débattre pour regagner la confiance et l’attention du public local qui n’a d’yeux que pour les artistes de l’extérieur.

Tout en soulignant que pour y arriver il s’est autofinancé, il sollicite le soutien des producteurs et mécènes de la ville pour la promotion des potentiels des artistes locaux. Au final, il perçoit sa carrière musicale prometteuse, d’autant plus qu’il apprend chaque jour à s’améliorer. La musique est le langage des dieux, disaient les anciens.

Albert Isse Sivamwanza

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.