octobre 1, 2022

Goma-Culture : vernissage du livre ” La Balle perdue” d’Alexis Kant

L’écriture est l’expression de l’âme, dit-on. «  La balle perdue. Récit d’un ex prisonnier » c’est titre de l’ouvrage de l’auteur Alexis Kant baptisé ce jeudi 1er septembre 2022 à Goma, Nord Kivu, RDC. Cette œuvre s’inspire de la vie dans la prison centrale de Munzenze de Goma où l’auteur a passé deux mois sous incarcération arbitraire. Étalé sur 144 pages, cette œuvre littéraire est publiée aux éditions Kivu Nyota et se vend à 10$ (dollars américains dix).

C’est la Salle de l’Institut Français de Goma qui était hôte de cette cérémonie arc-en-ciel. Sous la modération de Hilaire Maheshe, le public des jeunes, intellectuels, artistes, poètes et slameurs, chroniqueurs et autres invités de marque ont assisté en grand nombre au vernissage du livre présidé par Madame Chantal Faida représentant du regroupement des bibliothèques de la ville.

Après différentes prestations du slam, la parole a d’abord été donné au Me Léopold Bagula, avocat qui a plaidé la cause de l’auteur pendant qu’il était en prison. Celui-ci qualifie cet ouvrage de révolutionnaire et engagé gravitant autour du volet judiciaire en dénonçant l’injustice ainsi que les mauvaises conditions de vie en milieu carcéral. Il a alors appelé le système judiciaire à la protection de la population incarcérée.

Par la suite, l’auteur Alexis a échangé avec le modérateur pour expliquer ses motivations pour le choix de son écriture. L’auteur dit avoir voulu dévoiler à la face du monde les réalités autour de ce milieu carcéral. C’est pourquoi par sa plume, il a voulu dénoncer et faire démontrer les atrocités de la prison pour arriver à changer.

©Azga

 ‘’ Vous n’attendrez jamais sur les médias qu’un prisonnier est mort par manque d’un petit cachet d’aspirine ou qu’il ne mange pas. Là, Il y’a des gens arrêtées à des kilomètres lointains de la ville et transférés à Goma mais n’ayant pas une quelconque connaissance en ville ni personne pour plaider en leur faveur.’’ dénonce-t-il.

Par ailleurs, il indique avoir appris à voir le monde autrement. ‘’J’ai connu les miens qui ne manquaient à me rendre visite, et une grande amitié et fraternité avec les prisonniers qui sont devenus une grande famille’’ renchérit-il, tout en demandant à l’assistance de savoir vivre avec les autre car comme le dit le proverbe ‘’ on ne sait jamais, la roue tourne ‘’

Au moment crucial du vernissage , madame Chantal Faida s’est dit enthousiasmée de célébrer une personne qui confirme son immortalité. ‘’ On dit que celui qui écrit devient immortel.’’ Elle a invité les jeunes à aimer et pratiquer l’écriture. ‘’ On peut écrire sur des blogs ou sur nos comptes en ligne mais c’est important aussi d’imprimer. Notre pays a beaucoup plus de défis, nous avons l’obligation d’écrire quelque chose relevant de notre secteur.’’

Alexis Kant est un artiste écrivain né en 1993 au Sud-Kivu à Bukavu. Arrivé dans la ville touristique de Goma en 2013, c’est en 2014 qu’il se lance dans l’écriture puis passe en étude artistique au Foyer culturel de Goma en art parlé avant de se lancer dans l’organisation Badilika (Sois transformé). Il a déjà écrit ‘’ L’histoire dans mon dos ‘’( 2018), ”Ingabire ” (2018) qui est un Recueil des nouvelles , ” J’ai épousé une religieuse ” (2020)un roman ainsi que des pièces de théâtre inédits tels que ” Nuit de noces ” et ‘’ Le divorce n’aura pas lieu’’ pièces déjà jouée dans la salle de l’Espace culturel francophone d Goma.

Faisons nôtre la parole de madame Chantal Faida en baptisant le livre Balle Perdue ‘’ Nous te souhaitons longue vie, que tu sois lu par tous les congolais et même les étrangers. Que tu puisses traverser toutes les frontières de l’humanité. Plein succès, invitation à la révolution congolaise”.

Albert Isse Sivamwanza

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.