octobre 1, 2022

« Sans limite » l’exposition photo sur les personnes vivant avec handicap physique.

Le handicap physique n’est plus une limite. Loin de là. Pour briser les stéréotypes de la société vis-à-vis des personnes vivant avec handicap, deux jeunes artistes photographes font une exposition dénommée « Sans limites ». Celle-ci met en valeur la profession de cette catégorie de personnes. Ainsi Moses Sawa Sawa et Arlette Bashige souhaitent changer le regard de la société envers eux.

Le lancement de cette exposition a eu lieu au stade paralympique de Goma, au Nord Kivu, dans lequel se joue le basketball sur fauteuil roulant ce vendredi 03 Décembre 2021. C’est ce jour que l’on célèbre la journée internationale des personnes vivant avec handicap. A cet effet, le public a contemplé une vingtaine des tableaux sur lesquels ont voit les personnes vivant avec handicap qui font la cordonnerie, le petit commerce, la mécanique, la musique, le basketball…

A en croire Arlette, cette exposition sera itinérante, dans différents quartiers de la ville de Goma pour que la communauté voie et apprecie les œuvres produites par les handicapés et que‘’ grace à cela, elle remette en question sa perception sur les personnes handicapées” . Elle prendra fin avec un décrochage en date du 17 décembre vers le terrain de l’Université Supérieur de Commerce.

Pour sa part, Moses Sawasawa ajoute qu’ils ont préparé ce chef d’œuvre pendant une année et demi. Il estime qu’avec cette communication faite à travers l’image, la société ne qualifiera plus négativement les handicapés comme quémandeurs ou vaut-rien. Voilà d’ailleurs pourquoi, ajoute-t-il, nous serons dans la rue afin de nous approcher de cette société qui sous-estime les handicapés sans considérer leurs capacités.

Le handicap ne doit pas être une barrière

Handicapé de son état, Jonathan Kambale fabrique des souliers en cuir. Adossé dans son tricycle, il affirme, sourire au coin des lèvres, que le handicap ne doit pas être une limite. ‘’ Pour faire mon travail, j’use de l’intelligence et de mes mains”, lance-t-il. Avant de renchérir qu’il a cinq ans dans cette profession qu’il considère fortement car ‘’c’est grâce à ce travail,que je trouve à manger et de quoi scolariser mes enfants’’ conclut-il.

Devant un tableau, le jeune Innocent dit être intéressé par une question exposée: « Si les personnes handicapés arrivent à briser leurs limites, à surpasser leurs handicap, alors qui es-tu pour ne pas te surpasser ?’’ En termes de réponse, il poursuit la lecture: “avant d’être handicapés, nous sommes humains”.

«  En chaque humain repose une lumière que nous ne laissons pas briller parce que nous passons de temps à créer des barrières, des excuses dans notre travail qui nous empêchent d’avancer de briller, à réaliser nos rêves » Poursuit-il. Comme qui dirait, aux âmes bien nées, la valeur fait fi des conditions physiques. Vive l’exposition “sans limites” de Goma !

✍️Albert Isse Sivamwanza

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.